"On peut s’interroger sur ce calendrier et cet acharnement autour du PSG et des Qataris"

Nasser al-Khelaïfi, ici lors de la présentation officielle de Neymar (©LIONEL BONAVENTURE - AFP)
Nasser al-Khelaïfi, ici lors de la présentation officielle de Neymar (©LIONEL BONAVENTURE - AFP)

Alors que le président de PSG Nasser al-Khelaïfi fait l’objet d’une enquête de la justice suisse au titre de président de BeIn Media Groupe, Virgile Caillet, délégué général d’Union sport et cycles, était l’invité du Grand Matin Sud Radio pour en parler.

C’est une nouvelle enquête qui risque de beaucoup faire parler dans le monde du football. Ce jeudi, des perquisitions ont été menées au siège parisien de BeIn Media Groupe, le géant qatari de l’audiovisuel, dans le cadre d’une enquête menée par la justice suisse. La raison ? Des soupçons de corruption autour de Nasser al-Khelaïfi, président de BeIn Media Groupe ainsi que du Paris Saint-Germain, et de Jérôme Valcke, ancien numéro 2 de la très puissante Fifa du temps du règne de Sepp Blatter. Délégué général d’Union sport et cycles (fédération de l’industrie du sport), Virgile Caillet était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce vendredi pour évoquer le sujet.

"Ces soupçons concernent les droits télés du continent africain et du Moyen-Orient pour les Coupes du monde 2026 et 2030. Il s’agit de contrats signés en 2014. Sur ces thématiques, nous sommes très très éloignés du Paris Saint-Germain, et pourtant le Paris Saint-Germain s’invite largement dans cette affaire, ce qui est un petit peu troublant", déclare-t-il avant de rappeler également l’implication de Jérôme Valcke, ancien secrétaire général de la Fifa.

"Une sorte de confusion générale, de Qatar-bashing"

"C’est à partir de là que démarre l’affaire, et c’est d’ailleurs la Fifa qui a porté plainte auprès de la justice suisse. Nasser al-Khelaïfi se retrouve embarqué dans cette affaire au titre de BeIn Media Groupe, la chaîne de télévision internationale. Un troisième homme semble être le pivot de cette affaire, un homme d’affaires spécialisé dans les droits sportifs dont, pour le coup, l’identité n’a pas été rendue publique. Tout cela est un peu curieux, certains noms sont jetés en pâture et d’autres restent secrets", indique-t-il.

Pour Virgile Caillet, le calendrier de cette enquête peut paraître troublant. "Ce timing avec les charges successives des grands clubs européens et cette enquête de l’UEFA sur le fair-play financier est assez troublant. Cette affaire ne concerne pas le Paris Saint-Germain mais Nasser al-Khelaïfi au titre de BeIn Media Groupe. Il y a une sorte de confusion générale, de Qatar-bashing. Bien entendu, il faut aller au bout de cette histoire et il ne s’agit pas de dédouaner les Qataris ou le Paris Saint-Germain, mais on peut en tout cas s’interroger sur la concordance du calendrier où il semble y avoir un acharnement autour du Paris Saint-Germain et des Qataris", conclut-il.

Réécoutez en podcast l’interview de Virgile Caillet dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio