Mégane Ghorbani, responsable de campagne chez Foodwatch, dénonce l'opacité des autorités françaises et européennes sur la question des œufs contaminés et souhaiterait également que soit reconnue la responsabilité des industries agroalimentaires.

Invitée du Grand Matin Été week-end, au micro de Julien Mahet, Mégane Ghorbani, responsable de l'ONG Foodwatch, est revenue sur le scandale des œufs contaminés qui secoue actuellement l'Europe.

"Depuis lundi matin, on a questionné la direction générale de l'alimentation, au ministère de l'Agriculture, pour savoir pourquoi on nous disait que la France n'était pas contaminée, alors qu'on a vu la contamination s'accentuer au jour le jour en Allemagne et aux Pays-Bas, a indiqué Mégane Ghorbani. On interpelle les autorités et les industriels pour avoir une transparence totale sur ce dossier de la contamination au fipronil."

"Il semblerait que les autorités néerlandaises étaient informées depuis novembre 2016, rappelle-t-elle. On se questionne pour savoir comment ça se fait que les informations nous parviennent neuf mois après. En France, on a appris par le ministre de l'Agriculture que des produits et des œufs contaminés avaient déjà été consommés par les Français depuis le mois d'avril. Ça montre qu'on n'est pas dans un système de transparence totale, c'est pour ça qu'à Foodwatch, on demande à ce qu'on puisse avoir des systèmes d'alerte et d'information qui soient mis en place à la fois par les autorités françaises, mais aussi au niveau européen."

"On considère qu'il est de la responsabilité des autorités de fournir un maximum d'informations, a poursuivi Mégane Ghorbani. Mais il est également de la responsabilité de l'industrie agroalimentaire de se tenir informée et d'être consciente des produits qu'elle commercialise. Elle aussi devrait être tenue responsable si elle a commercialisé des produits contenant un produit interdit."

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio