éditorial

L'édito de Christophe Bordet

Christophe Bordet
Société

Les femmes victimes de harcèlement sexuel, grandes oubliées des ordonnances travail

Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre hommes et femmes (©STEPHANE DE SAKUTIN - AFP)
Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre hommes et femmes (©STEPHANE DE SAKUTIN - AFP)

Une fois de plus, vous le savez bien, le diable se niche dans les détails…

Exemples concret, l'ordonnance relative à la sécurisation des relations de travail dans l'entreprise. Désormais, elle plafonne les indemnités prud’hommales pour les victimes qui rompent leur contrat de travail suite à des faits de harcèlement sexuel, ce qui n'étais pas le cas jusqu’à présent. Beaucoup de femmes ne se sentent donc plus protégées dans ce genre de situation, alors que le président Macron ne cesse de nous rebattre les oreilles avec une politique qui – soit-disant – protège. Résultat : dans bon nombre de situations, les victimes devront rester en poste et subir peut-être encore des violences sexuelles en attendant d'être licenciées ou de partir avec des indemnités minimes.

Autre disposition supprimée : le rappel de salaire. En plus des indemnités, la victime pouvait continuer de toucher son salaire entre la rupture du contrat de travail et la décision de justice. Là encore, c'est terminé sous prétexte d'assouplissement du marché du travail...

Autre problème pour ces victimes : la nouvelle organisation du dialogue social. Conséquence inattendue de la suppression du CHSCT, l'instance de prévention sur la santé et la sécurité au travail, moins de cas de harcèlement sexuel au travail risquent d'être dévoilés, puisque le CHSCT permettait justement de mener des enquête dans les entreprises sur ce sujet. Ça a notamment été le cas cette année au quotidien régional La Nouvelle République, qui a d’ailleurs été condamnée.

Le CHSCT supprimé, fondu dans un ensemble représentatif beaucoup plus large, prive les femmes victimes de harcèlement sexuel au travail (1 sur 5 quand même...) d'un outil efficace. Ce qui semble certain, c'est que ce n'est pas avec ce genres de mesures que l'on arrivera au plein emploi en France.

Réécoutez en podcast la chronique de Christophe Bordet dans le Grand Matin Sud Radio

 

Les rubriques Sudradio