La République en marche : les nouveaux statuts adoptés à 90,6 % des votants

Les nouveaux statuts du parti d'Emmanuel Macron ont été adoptés ©PATRICK KOVARIK - AFP
Les nouveaux statuts du parti d'Emmanuel Macron ont été adoptés ©PATRICK KOVARIK - AFP

Les adhérents de La République en Marche ont massivement adopté les nouveaux statuts du parti, à plus de 90 % des voix.

Les nouveaux statuts de La République en marche ont été adoptés à 90,6% des votants, a annoncé jeudi le parti d'Emmanuel Macron qui revendique une participation de 32,1%.

Au total, 72.066 adhérents sur les 224.640 qui réunissaient les conditions pour voter se sont exprimés lors de ce scrutin électronique, ouvert du 23 juillet au 16 août.

"Un peu plus d'un an après sa création et deux mois après les deux campagnes électorales victorieuses, La République En Marche continue de construire les bases d'un mouvement politique nouveau dans le paysage politique français", s'est félicité le mouvement dans un communiqué. 

La REM a également officialisé sa direction collégiale transitoire, composée de l'ancien député Arnaud Leroy, de la sénatrice Bariza Khiari et d'Astrid Panosyan, membre fondatrice du mouvement.

Ces statuts, présentés le 16 juillet, créent notamment un "Conseil", sorte de parlement du parti, composé pour un quart de militants tirés au sort, et pour le reste de membres de droit, députés, sénateurs et élus locaux. 

Ce Conseil élira à son tour un bureau exécutif d'une trentaine de membres dont dix de la société civile. Il élira également la direction du nouveau parti, pour l'instant formée d'un triumvirat en attendant que les nouvelles instances soient installées, "d'ici la fin de l'année" selon la REM.

"Un appel à candidature sera organisé à la rentrée pour les adhérents souhaitant participer au tirage au sort pour être représentés au Conseil du mouvement", a précisé la REM. 

"Les adhérents seront également associés dans les mois qui viennent à l'élaboration du règlement intérieur qui viendra préciser les statuts sur de nombreux points importants pour la vie du mouvement", a ajouté le mouvement.

La question des nouveaux statuts avait suscité le mécontentement de certains "marcheurs" qui se sont constitués en collectif.  

"La démocratie en marche" avait ainsi saisi la justice en référé pour protester contre le "défaut de transparence et de démocratie" qu'allaient selon eux instituer ces nouveaux statuts, sans obtenir gain de cause. Le TGI de Créteil avait cependant obligé la REM à proroger sa période de vote, initialement fixée à une semaine entre le 23 et le 30 juilllet.

Parallèlement, la Confédération des marcheurs de la République, qui revendique plusieurs milliers de membres, a initié une procédure de médiation à l'amiable avec la direction de la REM pour régler le "problème de fond" d'absence de démocratie interne dans un parti où, hormis pour les statuts, les militants ne seront pas appelés à voter.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio