Dernière ligne droite pour les candidats à la présidence des Républicains

Laurent Wauquiez ©Tim Douet
Laurent Wauquiez ©Tim Douet

Les candidatures à la présidence des Républicains doivent être déposées d'ici ce mercredi soir, à 20h. Le vote est prévu les 10 et 17 décembre prochains.

Cinq candidats pour un fauteuil. Avec la date limite du dépôt des candidatures, fixée ce mercredi soir à 20h, c'est la course à la présidence du parti Les Républicains qui entre dans sa dernière ligne droite. Le vote se déroulera les 10 et 17 décembre prochains.

Pour être candidat, il fallait réunir 13 signatures de parlementaires et 2347 parrainages d'adhérents. Une barre facilement franchie pour le favori, Laurent Wauquiez, mais aussi pour Maël de Calan, Florence Portelli ou Daniel Fasquelle. Laurence Sailliet, elle, manquant de parrainages d'adhérents, a renoncé à se présenter.

Reste une incertitude autour de la candidature du député du Vaucluse, Julien Aubert, qui estime avoir été un peu défavorisé dans cette campagne de parrainage : "Les règles ne favorisent pas le renouvellement, sauf à être un peu dopé. Je note que certains candidats avaient visiblement accès aux fichiers, des moyens qui leur permettaient d'avoir des dizaines de bénévoles et d'envoyer des courriers papiers. Ce n'était pas mon cas. J'espère que je vais arriver à me qualifier par mes propres forces. J'attends avec impatience ce débat parce qu'il permettra de clarifier une compétition qui est annoncée aujourd'hui comme étant sans intérêt, alors qu'elle a énormément d'intérêt, puisqu'elle doit permettre de reconstruire idéologiquement la droite."

Alors que Laurent Wauquiez est donné archifavori de cette élection, Daniel Fasquelle veut croire que rien n'est joué : "S'agissant des candidats archifavoris, on a connu ça avec Juppé, on a vu comment ça s'est terminé, Fillon qui était archifavori pour la présidentielle, on a vu comment ça s'est terminé. Dans ma circonscription, la belle-fille de Macron était archifavorite et je l'ai battue. Il y a eu beaucoup de surprises, ces derniers mois, dans la vie politique française et j'ai bien l'intention, avec mes équipes, de faire cette campagne à fond et de créer la surprise."

Propos recueillis par Steven Gouaillier pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio