Aurore Bergé: "L'attentat de Marseille justifie le projet de loi antiterroriste"

Aurore Bergé, députée La République en Marche des Yvelines, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale
Aurore Bergé, députée La République en Marche des Yvelines, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale

La députée LREM des Yvelines, porte-parole du groupe à l'Assemblée nationale, était l'invitée politique du Grand Matin Sud Radio.

Au lendemain de l'attentat de Marseille, qui a fait deux victimes à la gare Saint-Charles, la députée LREM des Yvelines, Aurore Bergé, a rappelé l'importance du texte actuellement à l'étude à l'Assemblée nationale.

"Ce que le drame de Marseille prouve, c'est la reconnaissance que l'on doit à l'armée. Les militaires ont permis d'éviter un drame de plus grande ampleur en atteignant cet assaillant. D'autre part, c'est la justification du projet de loi Sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme, qu'on va voter demain (mardi) à l'Assemblée nationale", a indiqué la porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée.

Un texte avec un "double objectif" : "Dire que l'état d'urgence ne peut pas être un état permanent et adapter notre droit à une menace qui ne va pas disparaître demain."

"Il faut revoir le dispositif Sentinelle, a également indiqué Aurore Bergé, déjà parce que nos militaires qui sont en place sont épuisés par l'ampleur et la durée de ce dispositif. Il faut entendre cela et faire des aménagements, mais sans rien renier de ce qui doit être le maintien de la sécurité des Français."

Elle est également revenue sur l'autre grand texte qui circule actuellement à l'Assemblée nationale, à savoir le projet de loi de finances pour 2018 et l'une de ses mesures hautement symboliques, la réforme de l'impôt sur la fortune : "L'idée est de sortir le capital qui peut être réinvesti et de ne garder que la part immobilière. Il se pose effectivement une question sur certains biens. On va en parler en réunion de groupe demain. Je pense qu'il faut éviter d'avoir un débat qui donnerait à penser qu'être riche, c'est forcément être coupable. Le problème, ce n'est pas qu'il y a trop de riches, mais trop de pauvreté. Ce n'est pas parce que vous aurez moins de riches que vous aurez moins de pauvres."

Aurore Bergé a également qualifié de "fable" l'hypothèse d'un particulier qui aurait épargné toute sa vie pour devenir propriétaire et qui pourrait être soumis à l'ISF nouvelle formule : "Les petits propriétaires qui investissent pour leurs retraites n'ont pas, à mon avis, de patrimoine de 2 millions d'euros et, en plus, il y a un abattement de 30 %."

"Sur la question de la politique fiscale, je trouve qu'on a un budget équilibré pour que ceux qui travaillent soit mieux rémunérés, a conclu la députée. C'est faire en sorte de baisser les cotisations sociales. On va supprimer les parts vieillesse et maladies des cotisations sociales, donc c'est un gain de pouvoir d'achat pour les Français."

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Lundi 2 octobre 2017 à 14:50
Nous avons introduit le cheval de Troie depuis l'arrivée de M. Giscard avec le regroupement familial en 1974, ainsi qu'une légalisation massive effectuée par feu Mitterrand en 1983 sans aucun tri sérieux. Nous payons cash cet état de fait à ce jour. Le pire hélas est devant nous.
On ne peut traiter ce genre de problème avec un code de procédure pénale, agissons autrement, mettons en application l'article 16 de notre Constitution pendant 6 mois et vous verrez le résultat. C'est le prix à payer pour se débarrasser de ce cancer. Tant pis pour la liberté.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio