"Tout a été gâché quand on a mis Liliane Bettencourt sous tutelle" (avocat)

Liliane Bettencourt (©François Guyot - AFP)
Liliane Bettencourt (©François Guyot - AFP)

Au micro de Sud Radio, l’avocat de Liliane Bettencourt, Georges Kiejman, a réagi à l’annonce du décès de cette dernière.

C’est une éminente mais controversée personnalité du monde des affaires qui s’est éteinte dans la nuit de mercredi à jeudi. Âgée de 94 ans, Liliane Bettencourt s’est éteinte cette semaine à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Principalement connue pour être la fille d’Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal, celle qui était l’unique héritière de l’immense empire de cosmétiques français était devenue la femme la plus riche du monde, avec une fortune estimée entre 35 et 40 milliards d’euros. Mais Liliane Bettencourt est également connue des Français pour des raisons judiciaires, la fortune de la vieille dame ayant fait l’objet d’une farouche bataille judiciaire impliquant à des degrés divers sa fille François, son ami le photographe François-Marie Banier (soupçonné d’abus de faiblesse), Patrice de Maistre ainsi que les politiques Éric Woerth et Nicolas Sarkozy.

"Ses dernières années n’ont pas été aussi heureuses qu’on le dira"

Au micro de Sud Radio, l’avocat de la richissime héritière, Georges Kiejman, déplore justement la place prise par cette histoire dans l’héritage laissé par la femme d’affaires. "Je suis assez triste évidemment, parce qu’au-delà de la relation professionnelle, elle était devenue une amie. Je me désole surtout en pensant que ses dernières années n’ont pas été aussi heureuses qu’on le dira. Elle est peut-être morte apaisée, comme le communiqué de sa fille l’indique, mais elle aura été privée de sa liberté de mouvement, de pensée, de jugement et d’action. Pour moi, elle n’était pas seulement l’actionnaire de l’Oréal mais une femme tout à fait spirituelle et drôle, et tout ça a été gâché lorsqu’on l’a mise sous tutelle", a-t-il déclaré.

Propos recueillis par Juliette de Noyelle

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio