Deux hommes devant la justice au Pays-Bas pour l'affaire des œufs contaminés

Photo d'illustration ©PHILIPPE HUGUEN - AFP
Photo d'illustration ©PHILIPPE HUGUEN - AFP

Deux hommes néerlandais comparaissaient, ce mardi, devant un tribunal local des Pays-Bas dans le cadre du scandale des œufs contaminés.

Deux hommes néerlandais ont comparu mardi devant un tribunal local dans le cadre du scandale des œufs contaminés à l'insecticide fipronil, qui a touché l'Europe entière ces dernières semaines. 

Les deux hommes, identifiés par les médias néerlandais comme étant Martin van de B., 31 ans, et Mathijs IJ, 24 ans, sont apparus brièvement lors d'une audience fermée au public devant un juge de la ville de Zwolle, dans le centre du pays.

"Le juge a décidé qu'il y avait à présent suffisamment de soupçons pour garder les hommes en détention", a déclaré le tribunal de la province d'Overijssel dans un communiqué.

"Le ministère public soupçonne les deux gérants d'une société de désinfection d'avoir utilisé le fipronil dans les fermes avicoles des Pays-Bas", a-t-il ajouté.

Le tribunal a estimé que les deux hommes avaient "mis en danger la santé publique" et les soupçonne d'avoir su que le biocide était interdit. 

Les deux hommes avaient été arrêtés jeudi, lorsque les autorités ont perquisitionné huit locaux - parmi lesquels ceux de Chickfriend, la société des deux hommes - aux Pays-Bas et en Belgique. 

Des œufs contaminés par le fipronil ont été signalés dans 17 pays européens, l'affaire ayant même atteint Hong Kong.

Les dommages pour les fermes avicoles néerlandaises sont pour le moment estimés à au moins 150 millions d'euros, a indiqué lundi un porte-parole de l'association des agriculteurs et maraîchers du sud des Pays-Bas ZLTO. 

Pour les chaînes de supermarchés, obligées de retirer des rayons et détruire des millions d'œufs, les pertes ont également atteint des dizaines de millions d'euros. 

Le fipronil est un insecticide courant utilisé pour les animaux de compagnie contre les poux, les tiques et les acariens. Son utilisation est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'Union européenne.

L'affaire a provoqué des querelles entre les trois pays au centre de la crise, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne, chacun accusant les autres de ne pas avoir agi plus tôt.

L'UE insiste sur le fait qu'il n'y a aucun risque pour la population même si, selon l'Organisation mondiale de la santé, le fipronil peut être dangereux en grandes quantités pour les reins, le foie et la thyroïde.   

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio