Comme Barcelone, c'est toute la Catalogne qui retient son souffle

Manifestation de soutien au référendum indépendantiste à Barcelon ©PIERRE-PHILIPPE MARCOU - AFP
Manifestation de soutien au référendum indépendantiste à Barcelon ©PIERRE-PHILIPPE MARCOU - AFP

Le président de la région catalane doit s'exprimer mardi pour éventuellement proclamer l'indépendance de la région.

À Barcelone, tout le monde retient son souffle. Partout, on peut voir des drapeaux catalans visibles au balcon. Les forces de sécurité sont elles aussi bien visibles, tranchant avec l’ambiance d'ordinaire festive de cette ville.

C’est un peu le calme avant une nouvelle tempête. Tout le monde attend de connaître la position du président de la Catalogne, qui a redit ce week-end, en écho à la manifestation des unionistes, sa volonté de déclarer l’indépendance de la région mardi. Début de la réponse à partir de 16h, heure à laquelle doit se retrouver la session du Parlement catalan.

Neuf jours après le référendum, si les deux camps semblent camper sur leurs positions, plusieurs éléments montrent que rien n’est décidé. On est dans l’inconnue totale.

Si les dirigeants continuent de s’invectiver par médias interposés, il y a eu aussi cette démonstration de force de ceux qu’on appelle les unionistes, ces Catalans venus dire qu’ils étaient pour le maintien de la Catalogne dans l’Espagne.

Autre facteur très important, c’est la décision des grandes entreprises catalanes, cotées à la bourse de Madrid, l’équivalent de notre CAC 40, qui ont décidé de transférer leur siège social ailleurs. Si, techniquement, cela ne change rien, dans les esprits, chez les habitants, beaucoup se sont interrogés sur les conséquences économiques réelles d’une indépendance pure et dure, si elle était déclarée demain.

Écoutez l'intervention de notre envoyée spéciale à Barcelone, Christine Bouillot, dans le journal de 18h, présenté par Véronique Jacquier

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio