Jean-Marie Vilain : "Au quotidien, on vit tranquillement à Viry-Châtillon et à Grigny"

Policiers en faction à la Grande Borne, sur les communes de Grigny et Viry-Châtillon (©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP)
Policiers en faction à la Grande Borne, sur les communes de Grigny et Viry-Châtillon (©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP)

Maire de Viry-Châtillon (Essonne), Jean-Marie Vilain était l’invité du journal de 18h sur Sud Radio pour évoquer la fusillade de ce jeudi dans le quartier de la Grande Borne (à cheval entre sa commune et celle de Viry-Châtillon), lors de laquelle deux frères ont été grièvement blessés. 

Nouvel épisode de fait divers dans l’Essonne. Ce jeudi, une fusillade a grièvement blessé deux frères dans le quartier de la Grande Borne, situé sur les communes de Viry-Châtillon et de Grigny. Invité du journal de 18h sur Sud Radio, le maire de Viry-Châtillon, Jean-Marie Vilain, fait le point sur la situation et rappelle qu’il y a "toujours beaucoup de renforts de CRS sur place". Soulignant également que les faits se sont déroulés "sur la ville de Grigny, qui administre 90% du quartier de la Grande Borne", Jean-Marie Vilain a évidemment eu une pensée pour les événements de l’an dernier dans ce même quartier, lorsque que quatre policiers avaient été grièvement blessés dans l’attaque et l’incendie de leur voiture.

"30% de délinquance en moins à Viry-Châtillon depuis le 1er janvier"

"Mon discours aujourd’hui, c’est qu’on se retrouve avec deux événements d’une violence extrême à un an d’intervalle, alors que dans la réalité du quotidien les Castelvirois – et sans doute aussi les Grignois – vivent tout à fait tranquillement. Il y a encore des problèmes à la Grande Borne, comme il y en a un petit peu partout dans certains quartiers de toute la France, mais il est difficile de parler de zone de non-droit dans la mesure où pendant un an, la police a fait un travail considérable ! Saisies de stupéfiants (encore une trentaine de kilos il y a une quinzaine de jours), d’armes, d’uniformes de policiers et de pompiers, etc. Beaucoup de choses sont accomplies par la police quand on lui donne les moyens de travailler correctement, comme ça a été le cas depuis cette douloureuse affaire et ces policiers qu’on a essayé d’assassiner l’an dernier. Il reste encore beaucoup de travail, mais depuis le 1er janvier 2017, on constate à Viry-Châtillon 30% de faits de délinquance en moins, tout simplement parce qu’on a enfin mis des moyens pour le commissariat de Juvisy", assure-t-il.

 L’édile castelvirois a profité de l’occasion pour rappeler une demande spécifique. "Je continue de réclamer un redécoupage spécifique pour que le commissariat de Juvisy ne soit pas obligé de s’occuper de quatre villes. Imaginez un peu qu’il doit s’occuper de Juvisy, de Grigny, de Viry-Châtillon et de Morsang. C’est beaucoup trop ! Il faut impérativement qu’un commissariat de plein exercice puisse s’installer sur l’une ou l’autre de ces communes. Bien entendu, je préférerais que ce soit à Viry-Châtillon, mais l’important c’est que les policiers puissent être au plus près des difficultés", plaide-t-il.

Réécoutez en podcast l’interview de Jean-Marie Vilain dans le Grand Soir Sud Radio

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio