Incendies en Haute-Corse : deux feux "non maîtrisés", une "grosse reprise" dans le Cap Corse

Les pompiers tentent toujours de maîtriser les incendies qui ravagent la Haute-Corse ©PASCAL POCHARD-CASABIANCA - AFP
Les pompiers tentent toujours de maîtriser les incendies qui ravagent la Haute-Corse ©PASCAL POCHARD-CASABIANCA - AFP

Deux incendies en Haute-Corse ne sont pas encore maîtrisés et le feu du Cap Corse connaît, ce dimanche, une "grosse reprise".

Deux incendies en Haute-Corse qui ont parcouru environ 2.000 hectares de végétation depuis la nuit de jeudi, sans faire de victime, n'étaient pas maîtrisés dimanche matin, avec une "grosse reprise" dans le Cap Corse malgré une absence de vent, a-t-on appris auprès des pompiers.

"Les incendies de Manso (Balagne) et Pietracorbara (Cap Corse) sont non maîtrisés malgré une absence de vent, avec une grosse reprise à Pietracorbara, il y a un gros panache de fumée, nous recevons beaucoup d'appels", ont déclaré les pompiers de Haute-Corse, tout en précisant l'absence de victimes.

Dans le Cap Corse, 200 hommes, deux Traker, un Canadair et des hélicoptères étaient sur place pour tenter de maîtriser ce feu qui a parcouru 1.800 hectares de maquis depuis la nuit de jeudi à vendredi. 

Un détachement héliporté est également arrivé en renfort des Bouches-du-Rhône dans la matinée.

Un deuxième incendie, moins important, à Manso, en Balagne, au sud de Calvi, mobilisait dimanche "60 pompiers pour traiter les fumerolles, le bilan est de 102 hectares de forêt brûlés", ont précisé les pompiers. 

"Nous jonglons entre les deux feux, la priorité étant d'en finir complètement avec celui de Manso, étant donné que c'est de la forêt alors qu'il s'agit de maquis dans le Cap Corse", ont indiqué les pompiers.

Quelque 900 personnes - essentiellement des vacanciers d'un camping de Pietracorbara et plusieurs dizaines de randonneurs du GR20 - évacuées vendredi ont pu regagner leurs logements samedi à la mi-journée.

À Bastia, plusieurs feux se sont déclarés dans la soirée de vendredi, dont certains à proximité d'immeubles d'habitations, et un homme est en garde à vue depuis la nuit de vendredi à samedi.

Dans cette enquête, un homme, né en 1962 et "soupçonné d'avoir provoqué cinq feux", a été placé en garde à vue. Cet homme, qui "conteste les faits qui lui sont reprochés" a été interpellé à 1h du matin, samedi, quelques minutes après avoir été aperçu "non loin du point de départ du troisième feu", où "un témoin l'a reconnu visuellement", a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête. Sa garde à vue a été prolongée jusqu'à dimanche soir.

Le parquet envisage l'ouverture d'une information judiciaire pour des faits criminels de "destruction volontaire de bois, forêts, maquis (...) pouvant causer des dommages à autrui".

"Spectacle impressionnant"

Bernard Weber, touriste de 60 ans originaire d'Alsace, décrit un "spectacle impressionnant" avec "des grosses flammes de partout". "À 1.200 mètres d'altitude, toute la crête était enflammée", précise à l'AFP ce vacancier qui a passé la nuit dehors.

"Un peu effrayés", Monika, une touriste tchèque de 36 ans, et ses proches ont "pris la voiture et (sont) allés (dormir) à l'école" à Sisco. 

Selon un dernier bilan de la préfecture de Haute-Corse, 882 personnes, dont des vacanciers d'un camping de Pietracorbara, habitants d'hameaux et touristes d'un autre camping à Sisco, ainsi que plusieurs dizaines de randonneurs sur le site très touristique du GR20, ont dû être évacuées vers des écoles, couvent, ou refuges dans la nuit. Samedi, à la mi-journée, ils avaient pu regagner leurs logements, ont indiqué les autorités et les secours.

Le chef de l'État Emmanuel Macron s'est entretenu au téléphone avec le chef des pompiers de Haute-Corse, le colonel Charles Baldassari, lui exprimant "sa pleine solidarité aux sapeurs-pompiers" et saluant "leur pleine mobilisation".

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui a salué "l'engagement admirable des 1200 sapeurs-pompiers et militaires de la sécurité civile" en Corse et Paca (Provence-Alpes-Côte d'Azur), a déploré le bilan de ces derniers incendies. "Au total, ce sont 2.100 hectares qui ont été brûlés", a-il indiqué dans un communiqué.

Dans le Luberon, un feu, qui s'était déclaré dans la nuit, a brûlé 10 hectares à La Motte d'Aigues avant d'être fixé. 

Après des rafales de vents violents vendredi, la situation continuera de s'améliorer jusqu'à dimanche, selon les dernières prévisions de Météo France.

Toutefois, le préfet de Haute-Corse Gérard Gavory a appelé les habitants à être vigilants et à "respecter strictement l'interdiction d'emploi du feu et la fermeture de massifs", "ne pas faire de barbecue", "camper uniquement dans les lieux autorisés, sécurisés et protégés", "ne pas fumer en zone boisée" et "ne pas jeter de mégots par la vitre de la voiture".

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio