Collomb : "Un tiers des personnes radicalisées ont des troubles psychologiques"

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur ©Tim Douet
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur ©Tim Douet

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a estimé ce mardi qu'"à peu près un tiers" des personnes signalées pour radicalisation "présentent des troubles psychologiques".

"À peu près un tiers" des personnes signalées pour radicalisation "présentent des troubles psychologiques", selon le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb qui souhaite mobiliser le monde médical sur le sujet.

Dans le "FSPRT (fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation, ndlr) nous considérons qu'à peu près un tiers (des personnes) présentent des troubles psychologiques", a déclaré le ministre sur RMC/BFMTV.

Au lendemain du drame en Seine-et-Marne où un homme avait foncé dans une pizzeria avec sa voiture, tuant une adolescente et faisant 12 blessés le 14 août, Gérard Collomb avait déclaré vouloir mobiliser les hôpitaux psychiatriques et les psychiatres "pour identifier les profils qui peuvent passer à l'acte".

"Il est clair que le secret médical c'est quelque chose de sacré mais en même temps, il faut trouver le moyen qu'un certain nombre d'individus, qui effectivement souffrent de troubles graves, ne puissent pas commettre des attentats", a insisté de nouveau mardi matin le ministre de l'Intérieur.

Il a notamment cité le cas de l'homme qui lundi a tué une personne et blessé une autre à Marseille en fonçant sur deux abribus à bord d'une camionnette.

"Il sortait de clinique psychiatrique. Il avait des antécédents de prison et il assassine une personne. Il faut réfléchir sur ce genre de prisme", a dit le ministre. Invitée du Grand Matin Été de Sud Radio ce mardi, la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali, a, elle, dénoncé le "démantèlement de l'hôpital psychiatrique", poussant à placer des individus malades dans les prisons, avec le risque qu'ils deviennent "encore plus dangereux".

"Ce n'est pas du terrorisme (...) mais on a de l'imitation", a insisté Gérard Collomb. "Un certains nombre d'esprits faibles peuvent se laisser entraîner à des actes de mimétisme".

"C'est ça qui est grave, c'est qu'un certains nombre d'esprits faibles qui voient ce qui s'est passé à Barcelone, qui voient ce qui s'est passé contre le dispositif Sentinelle, se disent 'On va passer à l'acte comme ça'", a-t-il ajouté.

"C'est ce contre quoi il faut se prémunir, ce contre quoi nous voulons travailler avec ma collègue la ministre de la Santé mais également avec l'ordre des médecins, les psychiatres (...) Nous ne voulons pas faire cela dans notre coin", mais "trouver le juste équilibre", a-t-il dit.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio